12 résultats
Chargement

État des nappes phréatiques : Quel risque de sécheresse pour l'été ?

lundi 24 janvier 2022

Des niveaux de nappes phréatiques en baisse sur le pays en ce début d'année 


 

Au premier janvier, les niveaux des nappes étaient en baisse sur le Nord du bassin aquitain, le Sud-Est et le Nord-Est de la France, globalement dans les normes entre le Centre et le Nord et modérément hauts entre le Nord-Ouest et les abords des Pyrénées (parfois hauts près de la Garonne) .


 

Situation des nappes phréatiques en France au 1er janvier 2022 - BRGM


 

Ces niveaux dans les normes ou globalement assez hauts sont en parti dus à un mois de décembre, et notamment une première décade, particulièrement humides entre le Centre, l'Est et le Sud-Ouest de la France mais également des chutes de neige importantes sur la plupart des massifs.

 

Ecart à la moyenne 1981-2010 des cumuls de précipitations en France durant le mois de décembre 2021 - Météo-Villes

 

 

La seconde moitié du mois de décembre s'était montrée bien plus sèche sur de nombreuses régions mais la douceur de la fin d'année avait également engendré une fonte marquée du manteau neigeux en altitude, permettant aux eaux souterraines de rester à des niveaux satisfaisants entre l'Est, le Centre et le Sud du pays.

 

A la fin du mois de janvier, le manque de précipitation et le temps calme commencent toutefois à inquiéter sur certaines régions avec des cumuls restant par exemple inférieurs à 5mm depuis le début de l'année 2022 sur une large partie du Sud-Est du pays, parfois inférieurs à 1mm !

 

Cumuls de précipitations du 1er au 19 janvier 2022 en France – Météo-France

 

 

Néanmoins, le Sud-Ouest, une partie du Nord-Est et le Nord-Ouest du pays s'en sortent bien mieux avec des cumuls parfois très importants entre le 7 et le 10 janvier, permettant aux sols de rester humides malgré le temps sec s'étant imposé par la suite.

 

Ce temps sec persiste d'ailleurs sur la France depuis plusieurs semaines et devrait encore perdurer au moins jusqu'à début février, voire jusqu'à la mi-février selon certains scénarios. Une tendance sèche qui pourrait devenir préoccupante si celle-ci venait à persister durant plusieurs semaines. 

 

Ecart à la moyenne de la pression atmosphérique - semaines du 31/01 au 07/02 et du 07/02 au 14/02 - Modèle européen ECMWF

 

 

Temps sec et anticyclonique : quel risque de sécheresse pour l'été ?

 

 

La séquence sèche semble donc partie pour durer sur une large partie du pays alors que les nappes phréatiques sont censées se recharger durant l'hiver. La période décembre/janvier est en effet souvent la plus humide entre l'Ouest et le Nord du pays.

 

Mois le plus pluvieux sur la période 1981-2010 en France – Météo-France

 

 

Si ce fut le cas près des Pyrénées et sur certains secteurs du Nord du pays, les précipitations plus marquées commencent à se faire attendre ailleurs. Il convient toutefois de relativiser l'ampleur de cette période sèche car le mois de février est également considéré comme le plus sec en moyenne entre l'Est et le Nord de la France.

 

Mois le plus sec sur la période 1981-2010 en France – Météo-France

 

 

Une période anticyclonique hivernale durable n'est donc pas forcément synonyme de sécheresse pour l'été suivant en France, tout dépendra de la durée de celle-ci dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

 

La récurrence des blocages anticycloniques est néanmoins marquée depuis la fin de l'été 2021, ce qui a engendré un déficit pluviométrique assez marqué sur la période automnale, à peine compensé pendant le mois de décembre suivant les secteurs.

 

Anomalies pluviométriques en France - de janvier à décembre 2021 (par rapport à la période 1981-2010)

 

 

Si l'été 2021 s'était montré plus sec, la situation serait déjà bien plus problématique sur de nombreuses régions mais l'abondance de précipitations durant cette période a permis de limiter la sécheresse des sols sur la majorité du pays et ce malgré la récurrence des périodes sèches et anticycloniques entre l'automne et le début d'hiver.

 

La situation est plus préoccupante sur le Sud-Est du pays où l'automne s'est montré globalement sec et où le manque d'eau est encore plus marqué depuis le mois de décembre. Or cette période est normalement la plus humide de l'année entre la Provence et la Méditerranée, ce qui explique le niveau de plus en plus bas des nappes sur ces secteurs.

 

Tende dans les Alpes-Maritimes, où il na pas plus depuis le 27 décembre 2021 – Via Provence 7

 

 

Il est donc important que la tendance s'inverse d'ici le printemps sur ces régions, sans quoi le risque de sécheresse estivale pourrait largement s'accentuer.

 

Les modèles de prévisions saisonniers les plus utilisés, l'américain CFS et l'européen ECMWF, ne sont pas des plus encourageants. Pour l'américain, la tendance très sèche devrait perdurer au moins jusqu'en avril sur le Sud du pays avec des anomalies négatives de précipitations parfois marquées, notamment entre février et mars.

 

Anomalies de précipitations entre février et juin 2022 sur l'Ouest de l'Europe – CFS

 

 

On note toutefois une possibilité de précipitations globalement dans les normes voire un peu plus abondantes que la moyenne au mois de juin sur le Nord du pays, ce qui pourrait limiter le risque de sécheresse étendue sur la France durant la période estivale. La situation pourra se montrer plus problématique sur le Sud dans les prochains mois si ces prévisions se vérifient.

 

 

Du côté du modèle européen la tendance globalement sèche se démarque également jusqu'au printemps, même si cette fois-ci le mois d'avril qui pourrait s'avérer plus humide, notamment sur le Sud du pays. Là encore, les périodes anticycloniques et calmes pourraient de nouveau se montrer récurrentes à l'image de ce que nous connaissons ces derniers mois.

 

Anomalies de précipitations entre février et juin 2022 sur l'Ouest de l'Europe – ECMWF

 

 

Globalement, il semble clair que les situations de blocage anticyclonique s'annoncent encore fréquentes d'après ces prévisions dans les prochains mois et que la situation des nappes phréatiques ne semble pas partie pour s'améliorer, notamment près de la Méditerranée et sur une partie du Centre-Ouest du pays. 

 

Si les niveaux sont encore acceptables entre le Sud-Ouest et le Nord de la France notamment, le manque d'eau récurrent envisagé d'ici le printemps pourra engendrer un risque de plus en plus sérieux de sécheresse pour l'été 2022, principalement sur le Sud-Est de la France où les précipitations sont très rares depuis déjà plusieurs semaines et où les sols commencent à accuser le manque d'eau.

 

Une tendance qu'il conviendra de confirmer dans les prochaines semaines.

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    S'abonner à Météo-Zen
    Météo-Zen est une offre d'abonnement à 1,99 € par mois sans engagement qui permet entre autres de surfer sans pubs sur les sites et applications mobiles Météo-Villes.
    Découvrir
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidés jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don