12 résultats
Chargement

Pourquoi l'hiver 2021-2022 a été si particulier en France ?

lundi 7 mars 2022

Un hiver sans neige, ou presque :

 

L'hiver fut marqué par une absence quasi-totale d'épisodes neigeux en plaine sur notre pays. C'est bien simple, de nombreuses régions n'ont pas observé la moindre couche au sol depuis le début de l'hiver, excepté sur l'Est du pays.

 

Hauteur maximale de neige mesurée en France (en plaine) depuis le 1er décembre 2021 - Météo Villes

 

 

Sur l'Est, les chutes de neige sont restées la plupart du temps anecdotiques, se limitant à une couche au sol temporaire en général. Alors qu'en général l'or blanc est observé plusieurs fois par an sur les plaines de l'Est, du Nord et de l'Ouest du pays, celles-ci sont restées particulièrement timides durant l'hiver 2021-2022.

 

Sur certains secteurs, les chutes de neige les plus notables ont d'ailleurs été observées sous la forme de neige industrielle, un phénomène restant peu fréquent mais bien loin de dégradations neigeuses organisées.

 

Neige industrielle à Meyzieu (69) ce samedi 15 janvier 2022 – Via [email protected]


 

Au final, les chutes de neige les plus étendues ont été observées à la fin du mois de novembre 2021 sur nos plaines françaises avec plusieurs régions observant des couches au sol entre le 27 et le 28 novembre, soit avant le début de l'hiver météorologique.

 

Saupoudrage à Donnemarie-Dontilly (Seine-et-Marne) - 27 novembre 2021 - Edd via Les Forums d'Infoclimat

 

 

En montagne, l'or blanc s'est montré bien plus récurrent, notamment au-dessus de 1000m d'altitude avec des quantités parfois abondantes étant tombées durant plusieurs épisodes notables entre les mois de décembre et de janvier notamment.

 


Importante quantité de neige à Villarembert (Savoie) le 8 décembre 2021 – Via Infoclimat.fr

 

 

L'enneigement fut donc satisfaisant sur la plupart des massifs même si certains secteurs ont souffert du manque de précipitations ou des redoux notables ayant succédé à certains épisodes neigeux. Ce fut notamment le cas sur le Sud des Alpes durant la grande majorité de l'hiver où l'enneigement fut très déficitaire.

 



Une vision de la station d'Auron dans les Alpes-Maritimes le 8 février 2022 – Via webcam-hd.com

 

 

L'hiver 2021-2022 fut donc très déficitaire en terme de neige sur les plaines françaises avec une absence remarquée d'épisodes notables. Si l'or blanc est tombé plus fréquemment dès la moyenne altitude, celui-ci fut plus rare sur certaines régions, notamment entre le Sud des Alpes et le Massif-Central.

 

 

Un hiver sans vague de froid :

 

 

Outre l'absence de neige, c'est également l'absence de vague de froid qui s'est montrée remarquable durant cet hiver 2021-2022. En globalité, la température moyenne est restée supérieure aux normales sur la quasi-totalité du territoire durant l'hiver avec un bilan thermique national de +1,2°C. Le mois le plus excédentaire fut celui de février avec une anomalie de +2,3°C, suivi par décembre (+1,3°C) et enfin janvier qui n'a pas présenté d'anomalie thermique.

 

Ecart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de la température moyenne en France durant l'hiver 2021-2022 – Météo-France

 

 

Si l'on se penche sur l'indicateur thermique national quotidien durant cette période, on note très peu de périodes plus froides que les normales à l'échelle du pays, du 20 au 22 décembre et, la plus longue, du 12 au 27 janvier.

 

 

Anomalies de l'indicateur thermique national - hiver 2021-2022 - Météo-France

 

 

Durant ces périodes majoritairement anticycloniques, les matinées se sont montrées globalement froides avec des gelées récurrentes et parfois fortes en raison d'importantes inversions thermiques, notamment entre le 20 et le 22 février avec des valeurs parfois remarquables dans les trous à froid.

 

La plaine de Lans-en-Vercors le 18 décembre au matin sous une épaisse couche de neige et de givre et des températures inférieures à -17°C - Jérôme Narcy

 

 

Toutefois, le froid matinal laissait en général place à des après-midi plus agréables sous le soleil. Par exemple, si janvier a observé de très nombreuses gelées matinales sur la majeur partie de la France, les températures s'élevaient plus facilement sous le soleil l'après-midi, d'où un mois excédentaire en terme d'anomalie thermique.

 

Nombre de jours avec gel matinal en France durant le mois de janvier 2022 - via Météo France / Gaëtan Heymes

 

 

En dehors de ces périodes plus fraîches, aucune période froide durable n'a été observée sur la France en raison de flux restant souvent défavorables au froid vif.

 

Durant quasiment tout l'hiver, les coulées polaires ont été sans cesse repoussées vers le Nord et/ou l'Est de l'Europe avec des épisodes de froid parfois remarquables sur ces secteurs pendant que la France observait un temps majoritairement calme et tout au plus un peu frais.

 

Tempête de neige à Neo Psychiko (Grèce) en soirée du lundi 24 janvier 2022 - photos George Kyprianou

 

 

Un manque de précipitations récurrent et de nombreuses périodes anticycloniques :

 

C'est en effet le calme qui a été l'élément le plus notable de cet hiver 2021-2022. Si l'on excepte le début du mois de décembre 2021 et le début du mois de janvier 2022 qui se sont tout deux montrés très pluvieux sur certaines régions (notamment le Centre-Est et le Sud-Ouest), les longues périodes anticycloniques ont dominé durant la grande majorité de l'hiver.

 

Ecart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations en France durant l'hiver 2021-2022 – Météo-France

 

 

C'est notamment sur le Sud-Est que les précipitations se sont fait le plus désirer avec un déficit marqué sur la saison hivernale, habituellement assez humide. On ne relevait que 32mm en 3 mois à Montpellier ou 52mm à Bastia, ce qui représente des déficits respectifs de 82 et 74% sur ces secteurs. L'hiver 2021-2022 se classe parmi les plus secs depuis 1959 sur la majorité du Sud-Est du pays.

 

Sur le reste du pays, les cumuls les plus notables ont en général été relevés sur seulement deux périodes plus perturbées, le reste de la saison hivernale fut au contraire dominé par des périodes anticycloniques très récurrentes, notamment entre la fin du mois de décembre et la mi-février. En témoigne la pression moyenne à l'échelle de l'Europe durant le mois de janvier 2022.

Pression moyenne sur l'Ouest de l'Europe en janvier 2022 – Météo-France

 

Retrouvez notre article sur ces périodes anticycloniques récurrentes depuis le début de l'année 2020.>>

 

 

Sous ces anticyclones trop récurrents, l'ensoleillement s'est montré globalement excédentaire sur la majorité de la France, notamment au Sud. C'est en effet sur une large moitié Sud de la France que le soleil fut le plus récurrent, parfois de façon record sur le Sud-Est.

 

Ensoleillement moyen sur l'hiver 2021-2022 en France – Météo-Villes

 

 

Plus au Nord toutefois, cet ensoleillement fut sensiblement plus timide malgré les hautes pressions récurrentes, la faute à des nuages bas se montrant souvent tenaces durant parfois plusieurs jours sur ces régions avec un temps restant de ce fait globalement gris malgré l'absence de perturbation. Le temps calme ne rimait donc pas forcément avec le soleil pendant l'hiver sur bon nombre de régions du Nord et surtout du Nord-Ouest,

 

Image satellite légendée du lundi 13 décembre 2021 – Via NASA - WORLDVIEW

 

 

Peu d’événements violents :

 

Comme évoqué précédemment, l'anticyclone s'est montré tenace durant de nombreuses semaines pendant l'hiver 2021-2022 si bien que la période fut majoritairement anticyclonique en France. Seules deux périodes plus humides ont été observées entre les mois de décembre et de janvier.



La première fut observé durant la première décade du mois de décembre 2021 avec un flux de Nord-Ouest très perturbé et surtout très humide s'étant mis en place sur la France, engendrant des cumuls supérieurs à 400mm en 10 jours sur le piémont Pyrénéen et d'importantes inondations entre le 9 et le 11 décembre sur une large partie du Sud-Ouest du pays.

 

Évacuations à Peyrehorade (Landes) ce vendredi 10 décembre 2021 - photo Bernadette Dallies

 


Retrouvez notre article revenant sur cet événement >>

 

 

La seconde période plus perturbée fut observée un mois plus tard durant la première décade du mois de janvier 2022, notamment entre le 9 et le 11. Les régions touchées furent d'ailleurs très similaires avec des précipitations diluviennes près des Pyrénées sous un flux de Nord-Ouest très humide, engendrant une nouvelle-fois des inondations et des dégâts parfois notables.

 

Parking totalement sous les eaux de la Garonne à Cazères (31) en nuit du 10 au 11 janvier 2022 - via Mairie de Cazères

 

Retrouvez notre article revenant sur cet événement >>

 

La suite de l'hiver s'était montrée bien plus calme et très anticyclonique, excepté une courte période tempétueuse entre le 16 et le 21 février sur la France et le nord de l'Europe. Si ces tempêtes successives se sont montrées violentes, notamment la fameuse tempête Eunice, celles-ci ont été les seules à toucher aussi fortement la France durant l'hiver 2021-2022, ce qui est également remarquable.

 

Camion retourné par la force du vent sur l'A25 entre Lille et Dunkerque - 18 février 2022 - La Voix du Nord

 

 

Retrouvez notre article relatant du passage de la tempête Eunice sur la France et l'Europe >>

 

Au niveau des températures, l'épisode le plus marquant fut le brusque regain de douceur de la période des fêtes de fin d'année, ce qui reste paradoxal pour la saison la plus froide de l'année en France. Durant plusieurs jours, les températures s'était en effet montrées exceptionnellement douces sous un flux de Sud/Sud-Ouest sur la France avec de très nombreux records battus, tant au niveau des minimales que des maximales. Le ressenti se montrait en effet quasi-estival sur de nombreuses régions au beau milieu de l'hiver.

 

La plage de Biarritz sous une douceur record (24,1°C) le samedi 1er janvier 2022 - photo Radio France / Mélanie Juvé

 

 

Au final, cette période des fêtes fut la plus douce jamais observée en France avec des températures dépassant parfois de +12°C en moyenne les normales de saison.

 

Indicateur thermique en France sur la période du 24 au 31 décembre de 1947 à 2021 - via Météo France

 

 

Retrouvez notre bilan sur cet exceptionnel épisode de douceur >>

 

>> Excepté ces 3 épisodes bien plus perturbées et cet épisode de douceur, c'est bien le calme qui a globalement régné sur la France durant l'hiver 2021-2022.

 

Si le manque d'épisodes notables tant au niveau du froid que de la neige ou même des précipitations a pu être satisfaisant pour bon nombre de français, l'hiver 2021-2022 restera très particulier dans les archives météorologiques. Ce calme récurrent et le contexte international actuel ont également eu un effet négatif des sites internet de météo et un changement bien plus notable sera nécessaire pour espérer un retour à la normale à ce niveau.

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    S'abonner à Météo-Zen
    Météo-Zen est une offre d'abonnement à 1,99 € par mois sans engagement qui permet entre autres de surfer sans pubs sur les sites et applications mobiles Météo-Villes.
    Découvrir
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidés jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don