12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Bilan provisoire d'un été 2021 plutôt pourri

vendredi 27 août 2021

Ete 2021 : Des perturbations récurrentes

 

L'été météorologique se déroule entre le 1er juin et le 31 août, il est donc important de considérer l'ensemble du mois de juin dans le bilan de cette saison 2021.

 

 

Juin 2021 : Instable, très instable

 

Cette année, le mois de juin fut marqué par l'instabilité et les orages, en raison de la circulation particulièrement récurrente de gouttes froides sur l'Ouest de l'Europe et la France. Celles-ci ont notamment provoqué plusieurs dégradations orageuses virulentes sur le pays, notamment entre le 4 et le 5 juin puis durant la seconde quinzaine du mois.

 

Arrivée de l’orage sur Paris le 4 juin 2021, vu depuis la webcam de Beaugrenelle, orientée vers la Tour Eiffel – Météo-Paris

 

 

Ces dégradations successives, bien qu'entrecoupées de périodes plus chaudes et calmes, ont engendré un ressenti finalement assez maussade car se montrant très successives et virulentes, notamment en seconde partie du mois.

Ainsi, entre le 16 et le 23 juin, puis entre le 26 et le 30, les orages ont été quasiment quotidiens sur une large partie de la France, entraînant des averses diluviennes et une sensation de beau temps trop temporaire pour être appréciée.

 

Graves inondations à Beauvais en fin de soirée du lundi 21 juin 2021 - photos amateurs Facebook

 

 

De ce fait, le mois de juin fut excédentaire un terme de précipitations sur la grande majorité du pays avec un bilan à +56%, notamment sur l'Ouest et le Nord. A l'inverse les précipitations ont été très déficitaires près de la Méditerranée, à l'écart des nombreuses dégradations orageuses observées durant ce mois. Si on relevait jusqu'à 175.3mm en juin à Strasbourg ou encore 157.3mm à Tours (record mensuel), on ne relevait que 2.4mm à Nice et 2.8mm à Bastia.

 

L'ensoleillement fut globalement dans les normes, déficitaire sur l'Ouest et le Nord-Ouest en raison d'une influence océanique plus franche, mais proche des moyennes voire à peine au-dessus sur une large partie Est. Les orages récurrents ont néanmoins engendré un ressenti bien plus maussade que ce que montrent les statistiques, les journées ensoleillées se finissant souvent sous les orages et les averses. 

 

Anomalies de précipitations et d'ensoleillement en France en juin 2021 (cliquez sur l'image pour l'agrandir) - Météo-Villes

 

 

Juillet 2021 : Beaucoup de pluie et un soleil timide 

 

Cette tendance perturbée s'est prolongée durant le mois de juillet en raison de conditions n'évoluant que très peu en altitude. Alors que l'Est et le Sud de l'Europe subissait des températures caniculaires durables, l'Ouest du continent et la France restaient soumis à l'influence des gouttes froides.

 

Circulation d'une énième goutte froide sur l'Ouest de l'Europe entre le mardi 13 et le vendredi 16 juillet 2021 – Modèle GFS via WX CHARTS

 

 

Des dégradations successives étaient encore observées en début de mois, principalement entre l'Ouest et le Nord du pays avec même une tempête estivale le 6 juillet sur la Bretagne, phénomène peu fréquent en cette période de l'année.

 

Arbre tombé sur la route à Brest dans le Finistère le 6 juillet 2021 - photo : F. Malésieux / France Télévisions

 

 

C'est notamment à la mi-juillet que le temps s'est montré le plus agité. Sous une nouvelle goutte-froide circulant entre le Nord de la France et le Centre de l'Europe, une dégradation particulièrement virulente a concerné l'Est une large partie Ouest du continent, provoquant des inondations meurtrières exceptionnelles entre la Belgique et l'Allemagne, touchant de façon plus atténuée notre pays.

 

Crue de la Chiers à Longuyon (Meurthe-et-Moselle) le jeudi 15 juillet 2021 - via Info Trafic Lorraine et Frontières

 

 

Cette dégradation exceptionnelle fut suivie d'un temps de nouveau maussade et perturbé jusqu'à la fin du mois sur une large partie de la France, le pays restant sous l'influence de petites zones dépressionnaires circulant cette fois-ci à peine plus au Nord, vers les îles britanniques.

 

Le mois de juillet fut donc excédentaire en terme de précipitations sur une large partie du pays de façon similaire au mois de juin avec un excédent de +39% à l'échelle du territoire. C'est notamment sur la Bretagne, le Nord et l'Est du pays que les cumuls ont été les plus importants avec par exemple 177mm à Lyon-Bron (record mensuel), 155mm à Mâcon mais, là encore, seulement 5mm à Nice et 0.4mm à Ajaccio. 

 

L'ensoleillement fut également en déficit sous ces perturbations successives, induisant un ressenti bien maussade et indigne de l'été, notamment pour cette période de vacances scolaires. Sur 74 stations à travers le pays, seulement 5 ont dépassé leur norme mensuelle : Saint-Brieuc et Caen (+1%), Nantes (+2%), Le Touquet (+3%), et Lorient (+7%).

 

Anomalies de précipitations et d'ensoleillement en France en juillet 2021 (cliquez sur l'image pour l'agrandir) - Météo-Villes

 

 

Août : Plus sec mais toujours nuageux et frais 

 

Pour le mois d'août, le résultat fut le même avec un temps encore maussade et frais durant la première décade en raison d'une influence océanique persistante. La seconde partie du mois fut globalement sèche mais, excepté la période du 9 au 15 août, le ressenti ne fut pas très estival pour autant. C'est surtout au Nord que l'été s'est montré le plus timide avec des périodes de grisailles récurrentes engendrées par un flux de Nord-Ouest anticyclonique mais porteur d'air océanique plus frais et assez humide dans les basses couches.

 

Images satellite des lundi 16 et mardi 17 août 2021 montrant des nuages bas envahissants sur l'Ouest et le Nord de la France - via NASA / MODIS

 

 

Pas de ressenti estival durable donc une nouvelle-fois pour une large partie de la France, à l'image du reste de l'été météorologique. Au niveau des précipitations et de l'ensoleillement, seules les régions méditerranéennes ont connu une période estivale plutôt ensoleillée et globalement sèche, ces secteurs se retrouvant protégés par leur topographie dans un flux à dominante océanique.

 

Situation atmosphérique dominante sur l'été 2021 en Europe - Météo-Villes

 

 

Des périodes chaudes trop courtes durant la saison estivale :

 

Si la pluie fut plus présente qu'à l'accoutumée et le soleil moins présent, il faut également noter que les températures sont restées globalement sous les normes et les périodes chaudes, contrairement aux étés précédents furent trop temporaires pour être représentatives de la saison dans sa globalité.

 

>> Sur 88 jours s'étant écoulés depuis le 1er juin, seulement 33 ont présentés des températures supérieures aux normales de la période.

 

Principales périodes chaudes durant l'été 2021 en France – Via infoclimat

 

 

Le mois de juin fut tout de même plus chaud que la normale, présentant un excédent thermique de +2,0°C à l'échelle du pays et se présentant en 5ème position des mois de juin les plus chauds depuis 1950, devant juin 2019 qui avait pourtant connu une canicule exceptionnelle.

 

Bilan thermique de juin 2021 – Météo-Villes

 

La chaleur fut en effet assez remarquable durant la première partie du mois et notamment entre le 7 et le 18 juin avec jusqu'à 67% du territoire français concerné par les fortes chaleurs (30°C) et 4% par les très fortes chaleurs.

 

Part du territoire français concerné par la forte chaleur et les très fortes chaleurs - Météo-Villes

 

>> Jusqu'à 38,2°C avaient pu être relevés au Boulou (66), 37,3°C à Perpignan et Narbonne, 35,6°C à Issoire ou encore 34,3°C à Stasbourg durant cette période. 

 

 

Durant le mois de juillet, la chaleur ne fut que de courte durée (6 jours entre le 18 et le 24) et le mois a finalement présenté un déficit thermique de -0,1°C par rapport au normales de la période 1981-2010. Un chiffre qui peut sembler relatif mais qui contraste nettement avec les années précédentes et qui faisait suite à une seconde partie de juin déjà bien perturbée.

 

Bilan thermique de juillet 2021 – Météo-Villes

 

 

Néanmoins, cette valeur est compensée à l'échelle du pays par le temps très estival ayant perduré sur les régions méditerranéennes, à l'écart de l'agitation durant une large partie du mois. Ajaccio a par exemple connu un mois de juillet très chaud, dépassant de 1,7°C les normales, le record absolu de chaleur a même été approché le 23 juillet sur cette commune avec 40,1°C (à 0,2°C du record absolu de la station).

 

Températures maximales relevées en Corse les samedi 24 et dimanche 25 juillet 2021 - via meteociel.fr

 

 

Au final, l'été a d'ailleurs été chaud et sec près de la Grande Bleue, contrastant fortement avec le reste du pays où un ressenti bien plus maussade s'est manifesté et cette tendance a d'ailleurs perduré pendant le mois d'août.

>> Ce contraste explique d'ailleurs la différence entre température moyenne nationale observée durant le mois de juillet et le ressenti frais et maussade sur une large partie de la France. La différence de temps fut telle entre les régions méditerranéennes et le reste de la France que les températures estivales observées sur ces régions ont permis de compenser la moyenne nationale. Si la Provence et le Languedoc n'avaient pas été pris en compte pour le calcul de cette valeur, le déficit thermique aurait été bien plus important. 

 

Sur le reste de la France, seule la période allant du 9 au 15 août s'est vraiment démarquée par un ressenti bien plus estival et parfois très chaud avec une période caniculaire marquée entre le 11 et le 15. La journée du 14 août fut d'ailleurs la plus chaude de l'année avec un indicateur thermique national de 24,8°C. 

 

Températures maximales atteintes pendant la période caniculaire du 11 au 15 août 2021 en France – Météo-Villes

 

Après cette période, le temps plus frais et l'influence océanique ont de nouveau repris le dessus sur une large partie de la France, dans la continuité d'un été au ressenti bien maussade et loin d'être vraiment chaud.

 

 

Un été 2021 salvateur dans un contexte toujours plus chaud ?

 

L'été 2021 peut donc être considéré comme maussade sur une grande partie de la France, exception faîte des régions méditerranéennes. Pluie récurrente, fraîcheur, manque d'ensoleillement, les vacanciers n'ont pas tous pu profiter de conditions vraiment estivales durables en raison d'une influence océanique reprenant toujours plus ou moins le dessus.

 

Néanmoins, dans un contexte de réchauffement planétaire inéluctable, il se pourrait bien que cet été 2021 soit au contraire assez salvateur, notamment après plusieurs saisons estivales ayant vu des températures records dans notre pays.

 

Évolution des températures estivales depuis 1980 en France – Météo-Villes

 

 

L'été 2021 pourrait donc être considéré dans les prochaines années comme une simple anomalie climatique sur notre pays, d'autant que celui-ci s'annonce comme l'un des plus chauds depuis le début des relevés météorologiques à l'échelle du monde entier. 

 

>> Il est en effet important de rappeler que la France et une partie Ouest de l'Europe font cavaliers seuls depuis plusieurs semaines maintenant et qu'une large partie de l'Europe et du monde voient au contraire des températures exceptionnellement élevées, souvent records, et des incendies dévastateurs depuis le début de la saison estivale...

 

Rappel : Le mois de juillet 2021 est considéré comme le plus chaud jamais observé dans le monde depuis le début des relevés météorologiques par la NOAA 

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don