12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Bilan météo et climatique de l'année 2021 en France : contrastée et la moins chaude depuis 2013

samedi 8 janvier 2022

Une année se termine, une autre débute. Il est désormais l'heure de faire le bilan météorologique complet de cette ANNEE 2021 en termes de température, pluviométrie et ensoleillement sur un panel de 73 stations*.

 

L'année 2020 a avait été historique, devenue l'année la plus chaude jamais mesurée en France (indicateur thermique de 14.07°C, soit une anomalie de +1.5°C >>). Mais notre année 2021 a été d'un tout autre acabit, marquant une très légère respiration dans cette tendance au réchauffement climatique.

 

Avec un indicateur national de 12.92°C, 2021 se termine donc sur une anomalie légèrement positive de +0.3°C par rapport à la moyenne climatique 1981-2010 (et même un infime déficit thermique de -0.1°C par rapport aux moyennes de la période 1991-2020 qui deviendront ces prochains mois la nouvelle période de référence). Elle se classe "seulement" autour de la 20e place des années les plus chaudes en France depuis l'après-guerre, et devient même la moins chaude depuis 2013. Le printemps 2021 a même été le 3e plus frais de ces 30 dernières années.

 

Au total, 7 mois sur 12 ont été légèrement plus frais que la moyenne, mais compensés par des mois de février (+2.5°C),  juin (+2.0°C), septembre (+2.0°C et décembre (+1.3°C) bien trop doux voire trop chauds. Contrairement aux années précédentes, il n'y aura pas eu lors de cet été 2021, de véritable canicule intense et/ou durable.

Anomalies thermiques en France (indicateur thermique national) - de janvier à décembre 2021 (par rapport à la période 1981-2010)

 

 


Indicateur thermique national (température moyenne) - Année 2021 - Infoclimat

 

 

Si l'écart à la moyenne est globalement faible, il n'en demeure pas moins que la quasi-totalité des stations du territoire sont en excédent thermique. Sur notre panel de 73 stations, seules deux d'entre elles sont "sous les moyennes" : il s'agit de Saint-Etienne et de Grenoble - St-Geoirs (-0.1°C). L'ensemble des autres villes ont bouclé cette année 2021 sur un excédent de +0.2 à +0.5°C en moyenne (+0.4°C à Paris-Montsouris en exemple).

 

Parmi les excédents les plus importants, notons : +0.6°C sur les stations de Limoges, Toulouse-Blagnac, Perpignan, Lyon-Bron, Bourg-Saint-Maurice et Nice, et jusqu'à +0.8°C sur les villes d'Hyères et de Ajaccio.

 

 

Si les températures ont été contrastées et même assez proches de la moyenne, ceci est encore plus flagrant du côté des précipitations. En effet, à l'échelle nationale, le bilan est quasiment à l'équilibre puisque l'anomalie est de seulement -2% sur l'ensemble de notre panel de 73 stations météorologiques.

 

Deux séquences sèches et durables ont été observées entre fin d'hiver et début de printemps (jusqu'à -53% en mars et -45% en avril, qui s'étaient classés au 8e et 11e rang des plus arides depuis 1959), mais également de la fin de l'été et durant l'ensemble de l'automne (-38% en août, -31% en novembre). A l'inverse, la fin du printemps et le début d'été se sont montrés extrêmement humides, en point de mire le très orageux mois de juin (+56%).

Anomalies pluviométriques en France - de janvier à décembre 2021 (par rapport à la période 1981-2010)

 

Un contraste pluviométrique temporel, mais également géographique. Si nous tournons proche de la norme climatique à l'échelle nationale, les disparités sont toutefois importantes selon les régions du pays.

 

D'une certaine manière, nous notons un déficit en précipitations (de l'ordre de -10 à -30%) sur cette année 2021 en Corse, sur l'Est de l'Occitanie, le Poitou-Charentes, les Pays-de-la-Loire ou encore l'Ouest du Finistère. Sur ces secteurs, le déficit atteint -15% à la Roche-sur-Yon, -17% à Poitiers, -24% à Perpignan, -27% à Millau et même -30% à Bastia. 

 

A contrario, les secteurs du Nord-Est, le bassin Parisien, le sud de la région Centre-Val-de-Loire, ainsi que les secteurs Alpins ont globalement reçu davantage de pluie durant ces 12 derniers mois qu'espéré, avec un excédent compris entre +10 et 20% selon les villes (+14% à Paris-Montsouris, +16% à Lyon-Bron et Rouen, +17% à Bourg-Saint-Maurice et Tours, et allant jusqu'à +19% à Strasbourg).

 

Traduit en termes de quantités pluviométriques totales de ces douze derniers mois, nous pouvons constater que les régions les moins arrosées se sont situées autour de la Méditerranée avec souvent moins de 600mm (577mm à Montpellier, 560mm à Bastia, 539mm à Marignane, 536mm à Ajaccio, 535mm à Millau, et ... seulement 421mm à Perpignan ! ).  La plaine de la Limagne,  le Haut-Rhin, ainsi que certaines villes du Val de Loire et du Poitou n'ont pas reçu bien davantage de précipitations, peinant à approcher ou à dépasser les 600mm (614mm à Clermont-Ferrand, 609mm à Colmar, 606mm à Orléans, et Nice, 598mm à Angers, 567mm à Poitiers).

 

Si la plupart des autres villes ont réçu en moyenne entre 700 et 900mm, se sont la Bretagne, les régions du Nord-Est et de l'Est, ainsi que le Sud-Ouest qui ont été les plus arrosés en 2021, certaines villes de notre panel ayant réussi à franchir la barre fatidique des 1000mm cumulés (1007mm à Tarbes, 1043mm à Brest, 1141mm à Aurillac, 1153mm à Bourg-Saint-Maurice, 1254mm à Besançon, et jusqu'à 1327mm à Biarritz pour le maximum de notre panel... une première place déjà occupée en 2020).

 

Pour la capitale, le cumul total de l'année 2021 s'est élevé à 727mm au parc Montsouris.

 

 

Dernier critère, l'ensoleillement. Qui au même titre que la pluviométrie et les températures, ont été assez hétérogènes selon les mois. Le bilan est d'ailleurs lui aussi assez proche de la moyenne, avec un très léger excédent national de +6% sur notre panel de stations.

 

Dans l'ensemble, le printemps et l'été ont été un peu plus nébuleux que la moyenne, avec un mois d'avril en point d'orgue (bien gris avec un déficit de -32%). Inversement, le soleil s'est montré relativement généreux en fin d'hiver dernier, mais surtout lors de cet automne,  notamment en octobre avec un excédent remarquable de +41% en raison de conditions fréquemment anticycloniques.

 

 

La récurrence de flux continentaux secs et anticycloniques au cours de l'année sont responsables d'un ensoleillement très correct dans la moitié Nord du pays, voire sensiblement excédentaire sur le quart Nord-Ouest (+14% à Paris, +15% à Angers et Lorient, +18% à La-Roche-sur-Yon, +19% à Nantes).

 

Sur les régions les plus méridionales, le bilan s'est montré plus conforme aux moyennes annuelles avec de nombreuses villes n'ayant pas observé de réel écarts (0% à Nice, Nîmes, Albi et Ajaccio, +1% à Marseille-Marignane et Clermont-Ferrand). Quelques stations du panel se sont d'ailleurs approchées de leur moyenne, sans parvenir à l'atteindre : de faibles déficits qui sont observés sur les Pyrénées et le sud des Alpes, avec -2% à Saint-Girons, -3% à Perpignan et Saint-Auban, -4% à Embrun, et jusqu'à -11% à Tarbes?

 

 

Mais si ces villes de la moitié Sud possèdent les écarts aux moyennes les plus faibles, voire un léger déficit, le constat climatique reste le même : ce sont belles et biens les villes situées près de la grande bleue qui, comme chaque année, ont été les plus ensoleillées de métropole, avec plus de 2500 heures d'ensoleillement. Pour les maximas, vous avez pu bénéficier de 2703h de soleil à Saint-Auban, 2710h à Bastia, 2718h à Nice, 2761h à Ajaccio, et jusqu'à 2873 heures de soleil pour la station de Marseille-Marignane.

 

En dehors du pourtour Méditerranéen, les villes ayant franchi la barre des 2000 heures cumulés lors de cette année 2021 sont situées des Alpes au sud de la Bretagne, en passant par le sud du Massif-Central, le nord de l'Aquitaine, et les Pays de la Loire (2223h à Aurillac, 2182h à la Roche-sur-Yon, 2173h à Grenoble-St-Geoirs, 2097h à Lorient).

 

Pour les villes les moins ensoleillées, il fallait malheureusement être positionné sur les Pyrénées, (1889h à St-Girons, 1739h à Tarbes), sur le nord de la Bretagne (1756h à St-Brieuc, 1661h à Brest), ainsi que dans le quart Nord-Est (1805h à St-Dizier, 1759h à Beauvais, 1623h à Charleville-Mézières qui est le minimum de notre panel). Pour Paris, vous avez pu bénéficier de 1888 heures d'ensoleillement au cours de l'année 2021.

 

Récapitulatif : 

Les bilans mensuels :
Janvier >>
Février >>
Mars >>
Avril >>
Mai >>
Juin >>
Juillet >>
Août >>
Septembre >>
Octobre >>
Novembre >>
Décembre >>

 

Les bilans saisonniers :
Hiver >>
Printemps >>
Été >>
Automne >>



Les évènements les plus marquants de 2021 en France : >>

 

 

PANEL DE 73 STATIONS

Température – pluviométrie – ensoleillement :
Agen, Ajaccio, Albi, Alençon, Angers, Aurillac, Bastia, Beauvais, Bergerac, Besançon, Biarritz, Bordeaux, Bourg-Saint-Maurice, Bourges, Brest, Brive, Caen, Carcassonne, Charleville-Mézières, Chartres, Château-Arnoux-Saint-Auban, Châteauroux, Clermont-Ferrand, Cognac, Colmar, Dijon, Embrun, La-Roche-sur-Yon, Langres, Le Mans, Le-Puy-en-Velay, Le Touquet, Limoges, Lorient, Luxeuil, Lyon-Bron, Mâcon, Marseille-Marignane, Melun, Millau, Mont-de-Marsan, Montélimar, Montpellier, Nancy-Essey, Nantes, Nevers, Nice, Nîmes-Courbessac, Niort, Orléans, Paris-Montsouris, Perpignan, Poitiers, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Dizier, Saint-Geoirs (Grenoble), Saint-Girons, Saint-Quentin, Strasbourg, Tarbes, Toulouse-Blagnac, Tours, Troyes.

 

Température – pluviométrie (absence d'une série de données complète d’ensoleillement) :
Abbeville, Calais, Cherbourg, Hyères, Lille, Metz, Romorantin, Rouen, Saint-Étienne.

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don